Imprimer

Energie et Economie

Aujourd’hui l’ensemble des acteurs du secteur de l’énergie s’accordent à dire que les années à venir seront marquées par d’importantes tensions sur les ressources énergétiques à l’approche du pic pétrolier.

C’est un pic, c’est un cap...

L’offre en pétrole a généralement su s’adapter à la consommation. Chaque année face à une demande croissante, on exploite de nouveaux gisements, ou on augmente la production des gisements en exploitation. Ainsi la loi de l’offre et de la demande est satisfaite, on réussi à obtenir une relative stabilité sur le prix de la ressource énergétique.

Malheureusement cette mécanique bien huilée est aujourd’hui confrontée à une réalité physique : la ressource n’est pas illimité, elle s’épuise, l’accès aux nouvelles ressources est de plus en plus difficile et coûteux, et nous découvrons de moins en moins de sources de pétrole.

Les mathématiques et les lois économiques sont alors là pour nous rappeler à l’ordre : si une ressource est limitée et que sa consommation croit continuellement, l’extraction de cette ressource passera inexorablement par un maximum et devra décroitre . C’est ce qu’on appelle le pic pétrolier. Au sommet du pic pétrolier la demande en pétrole ne pourra plus être satisfaite par l’offre, déclenchant mécaniquement une envolée des prix de l’énergie.

Soeur-anne ne vois-tu rien venir ?

"La fin du pétrole ce n’est pas pour tout de suite, Total, Shell et BP nous annoncent qu’il y a des ressources pour 30 à 40 ans, nous avons le temps de voir venir..."

Dit d’une autre manière, avec le rythme de consommation actuel, dans 40 ans le pétrole sera épuisé, il faudra passer à autre chose. C’est une manière assez virtuelle de présenter les choses. En réalité, les ressources fossiles, dont le pétrole, continueront d’être consommées pendant des siècles. En revanche la consommation de pétrole commencera à décliner de manière progressive une fois le pic pétrolier passé.

Alors, à partir de quand la consommation va-t- elle commencer à décroitre ? La réponse dépendra largement de qui la fournira ! Du côté des producteurs il est fréquent d’entendre 2020-2030. Du côté de l’Agence Internationale de l’Energie, le pic aurait été atteint en 2008 et le déclin serait compensé par la découverte de nouveaux champs pétrolifères dès 2015. Certains membres de l’association d’étude sur le pic pétrolier (ASPO) annoncent que ce pic a été franchi en 2008 (la production a cessée de croitre depuis 2008).

Malgré ces incertitudes l’ensemble des acteurs de l’énergie s’accordent à dire que :

  • L’ère du pétrole bon marché est terminée
  • Les 20 prochaines années marqueront un changement de modèle énergétique
  • Les modes de vie des sociétés industrielles seront profondément modifiés

Au sommet du pic la pente est raide

Une relation directe entre consommation d’énergie et le PIB ?
L’histoire économique nous a montré que lorsque la demande excède l’offre, on assiste à une envolée des prix de la ressource. Elle nous a montré que dans le cas de la ressource pétrolière, ces flambées des prix ont débouché sur 2 des plus grandes crises économiques mondiales (1974 et 1980) et sur plusieurs années de récession économique.

... Et mon pouvoir d’achat ?

« 85 % de notre consommation d’énergie actuelle venant de stocks finis qui seront amenés à décroitre, dois-je craindre pour mon pouvoir d’achat ? »

Le prix de l’énergie augmente de manière constante depuis 20 ans. Dans l’exemple ci dessous, si l’on prolonge la tendance actuelle, dans dix ans le prix du fioul aura augmenté de 70 %. A le vue de ce qui a été dit précédemment cette hypothèse peut être considérée comme optimiste. Si la tendance s’accentue, chose que tout énergéticien s’accordera à dire, il est plus probable que le prix du fioul double dans les 10 ans à venir.

 - Source : DGEMP 2010
Source : DGEMP 2010

La facture énergétique d’un ménage moyen pour le transport, le chauffage l’électricité et de 2300 €/an soit 8,4 % de leurs dépenses en 2006 (source : INSEE). Un doublement du prix des énergie à l’horizon 2020 portera alors la facture à 4600 €/an. A l’échelle du territoire, les dépenses énergétiques de ménages représentent plus de 30 milliards d’euros dépensés par an.

Au delà de la simple problématique du chauffage et du transport individuel c’est également l’ensemble des biens de consommations qui est affecté par la question du pétrole.

Equivalences énergétiques de quelques produits du quotidien
Construction d’une maison en parpaing de 100 m2 = 19 000 l de pétrole [1]
Fabrication d’un ordinateur avec écran LCD = 700 l de pétrole [2]
1 kg de boeuf local = 7 litres de pétrole [3]
1kg d’asperges de Californie par avion = 4 litres de pétrole [4]
T-shirt 100% coton = 1 litre de pétrole [5]
Jean 100% coton = 4 litres de pétrole [6]

Subir ou agir ?

Le pétrole est donc dans tous les biens et services que nous utilisons au quotidien. Derrière la question du pic pétrolier c’est donc l’ensemble des modes de consommations que nous connaissons qui sont remis en cause.

Ces changement peuvent encore être anticipés et préparés, et la transition pourra être réalisée "en douceur". Dans le cas contraire, il seront subis avec des impacts économiques et sociaux difficilement maîtrisables.
  • La question finale n’est donc pas tant "restera t il ou non du pétrole en 2040" mais plutôt : "a quel prix sera l’énergie dans le futur, et qui y aura accès ?" La question des inégalité sera donc une fois de plus une problématique majeure pour le XXIe siècle => Énergie & Social
  • Le problème peut également être analysé sous un autre aspect : la consommation effrénée d’énergie génère des troubles environnementaux parfois irréversibles : le changement climatique, un nouveau défi pour l’humanité ? => Énergie & Environnement
  • Des scénarios de transition énergétique basés sur la réduction drastique des consommations et la mise en place d’énergies alternatives existent => Négawatt et Cie

Ils l’ont dit...

  • « les prix de l’énergie resteront durablement élevés », Christophe de Margerie, PDG de Total
  • « les vannes sont aujourd’hui ouvertes à fond », le même concernant la capacité des pays producteurs à augmenter leur production
  • "La décennie qui suivra le début du pic pétrolier pourrait ressembler à la période succédant l’embargo pétrolier de 1973-1974, et les pertes économiques pour les Etats unis seraient de l’ordre de plusieurs milliers de milliards de dollars...des mesures de prévention suffisamment précoce permettraient de limiter les coûts et et les dégâts pour l’économie mondiale." PEAKING OF WORLD OIL PRODUCTION : IMPACTS, MITIGATION, & RISK MANAGEMENT, février 2005 , Robert Hirsch administrateur du commissariat à l’énergie atomique (CEA) dans une étude pour le Ministère de l’Energie des USA (DOE)
  • "Le pic de pétrole c’est d’ici même pas 10 ans, le gaz c’est pareil et le charbon c’est 20 à 30 ans maximum ", Chantal Jouanno, secrétaire d’état chargée de l’écologie le 09/01/2010
  • « il n’y aura plus beaucoup de pétrole à la fin de ce siècle, et[...] la flambée des prix n’est pas seulement la résultante d’une spéculation échevelée. [...] Bien sûr qu’il y a de la spéculation, [...] mais expliquer que les prix du pétrole augmentent depuis 1999 en passant de 12 dollars à 130, à cause de la spéculation, c’est soit ignorant, soit très con, soit une volonté de tromper », Christophe de Margerie le 5/06/2008
  • « Nous avons, en 2009, atteint le pic de production en matière de pétrole. La production ne peut maintenant que décroître. » Francois Fillon, premier ministre, le 5 avril 2011 lors d’un discours devant l’assemblée nationale.